vendredi 3 mars 2017

Les larmes de Cassidy

Couverture Les larmes de Cassidy 
Les larmes de Cassidy
d'Amy Wane Loth 
Editeur : Charleston
Broché : 448 pages

Paris, 1935. Matthew Alban-Wilson est un jeune et brillant docteur et exerce dans un hôpital parisien. Il s'intéresse tout particulièrement à une patiente dans le coma, arrivée sept ans plus tôt. Lorsque celle qu'il a prénommée Blanche se réveille miraculeusement, le docteur ne peut réfréner sa curiosité. Inspiré par les travaux de sa mère, écrivaine, et de sa grand-mère, psychiatre, Matthew demande à Blanche de lui raconter son histoire. La jeune femme est en réalité Cassidy McMurray, une aristocrate irlandaise. De Clifden à Paris en passant par l'Inde, les mots de Cassidy et la plume de Matthew retracent l'histoire d'une fille de l'Eire, l'histoire d'une femme du XXe siècle. Retrouvera-telle
sa vie d'avant ?

  • Mon avis :
En 1935, à Paris, Cassidy se réveille après sept ans de coma. Son médecin, Matthew Alban-Wilson, a très envie de connaître la vie de sa patiente. Celle-ci va lui narrer son histoire, qu'il va coucher sur le papier. C'est ainsi que l'on plonge directement dans la vie de Cassidy McMurray, dès sa plus tendre enfance, dès sa naissance.

L'auteure m'a complètement envoûtée avec son histoire, et ce dès le départ. J'ai adoré suivre le destin de Cassidy, tout comme celui des personnages qui gravitent autour d'elle. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la vie de Cassidy est semée d'embûches.
Etant donné que l'on visite plusieurs pays (France, Irlande, Angleterre, Inde...) sur la première partie du vingtième siècle, on découvre beaucoup de choses intéressantes historiquement parlant. On sent que l'auteure a fait un véritable travail, très minutieux. Ses descriptions sont réalistes et Amy Wane Loth nous transporte aisément à travers les lieux et les époques.

Cassidy est une héroïne très touchante. Même si je n'ai pas toujours été d'accord avec les choix qu'elle a pu faire au court de sa vie, c'est un personnage principal vraiment très intéressant à suivre, à voir évoluer.
J'ai un peu regretté que le personnage de Matthew ne soit pas davantage développé. Son histoire personnelle était tellement passionnante !
La galerie de personnages principaux est vraiment très réussie. Ils m'ont tous émue et touchée, ou parfois même mise en colère. Le fait est que chaque protagoniste suscite bon nombre d'émotions, et je trouve ça juste génial.

Niveau écriture, je trouve que « Les larmes de Cassidy » est un roman qui sonne profondément juste, où chaque mot à sa place. Je dois avouer que je suis presque tombée amoureuse de la plume d'Amy Wane Loth. Le "presque" tient au fait que j'ai trouvé un passage du roman un peu ennuyeux (la troisième partie, en Inde). C'était un moment certes intéressant mais je l'ai trouvé trop long.

En conclusion, « Les larmes de Cassidy » est un coup de coeur ! Le roman est à la fois triste et beau, il a un côté sombre mais respire en même temps l'espoir. Amy Wane Loth nous offre un roman à la fois prenant et émouvant, où se mêlent plusieurs personnages attachants et des destins passionnants.

Afficher l'image d'origine

Les Dolce, tome 2 : Les cinq secrets

Couverture Les Dolce, tome 2 : Les cinq secrets 
Les Dolce, tome 2 : Les cinq secrets
de Frédéric Petitjean

Editeur : Pocket jeunesse
Broché : 447 pages

Capturés par Guileone, le redoutable maître de la Guilde noire qui persécute leur caste depuis des siècles, les Dolce (Rodolpherus, Melidiane et leurs enfants, Antonius et Leamedia), accompagnés de Virginie, la petite amie humaine d’Antonius, ont pris la fuite en empruntant le vaste réseau de canalisations magiques régies par Melkaridion, le grand-père. Or, les routes souterraines les ont disséminés aux quatre coins de la planète et à des époques différentes. Melidiane redécouvre ainsi le Londres de 1966 pendant que son mari émerge au Japon en 1923. Leamedia atterrit dans le New York de 2013, Antonius et Virginie se retrouvent à Paris, la même année.

  • Mon avis :
La famille Dolce est la dernière famille de magiciens dans le monde. Ils survivent grâce à une seule règle : se rendre invisible et se fondre dans la masse. Malheureusement, ils ont beaucoup d'ennemis et les phénomènes étranges vont attirer le regard sur leur famille. A la fin du premier tome, nous laissions notre famille de magiciens en bien mauvaise posture. Séparés les uns des autres, comment vont-ils faire pour s'en sortir ?

Je vous conseille de ne pas lire mon avis si vous n'avez pas lu le premier tome.

Tout comme le premier opus de la saga, l'intrigue se déroule sur peu de temps. Elle est plutôt riche en évènements et en rebondissements, et les différents points de vue ne font qu'accentuer la sensation "d'urgence" que l'on ressent pendant la lecture. Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer et à chaque fin de chapitre j'avais envie de découvrir ce que l'auteur allait réserver à ses personnages.
« Les cinq secrets » est également un tome très riche en révélations. L'univers s'étoffe, nos personnages prennent beaucoup de risques par rapport à leurs pouvoirs.

Dans le premier opus, j'avais du mal avec certains personnages (notamment Lea) et j'avais de grosses préférences pour d'autres (Antonius et Melkaridion). Ce deuxième tome a, pour moi, rééquilibré mes sentiments envers les personnages. Chaque membre de la famille Dolce est bien mis en lumière et par conséquent, on apprend davantage à les connaître et on s'attache à eux. Ainsi, je me suis retrouvée à grandement apprécier Lea, et à râler un peu contre Antonius.

L'écriture de l'auteur m'a un peu "perturbée" je l'avoue. Je ne la classerai pas forcément dans la littérature jeunesse (+ de 13 ans) mais plutôt en young-adult, et cela pour plusieurs raisons. Le style d'intrigue, le vocabulaire utilisé, les références culturelles, certaines expressions "vieillottes", les préoccupations de certains personnages... En somme, c'est un récit que je qualifierai de mature. En soi, ce n'est pas un défaut je vous rassure ! C'est plutôt pour vous signaler mon ressenti sur cet aspect du roman, et également pour appuyer l'idée que cette saga peut être lue par les adultes ;)

En conclusion, « Les cinq secrets » est un tome largement à la hauteur du premier. Je dirais même qu'il est meilleur ! L'intrigue est plus intéressante et plus intense, les ennemis plus violents et plus déterminés, les personnages principaux mieux mis en lumière.


mercredi 1 mars 2017

Le grand atlas en images

Le grand atlas en images 
Le grand atlas en images
de Emily Bone et Dan Taylor
Editeur : Usborne
Album : 40 pages
Prix : 16.50 €

  • Mon avis :
Cet album propose un voyage autour du monde grâce à 15 cartes illustrées. L'ouvrage commence par un sommaire et par une carte du monde.

Toutes les cartes du livres sont accompagnées d'un globe, où les régions concernées sont représentées en rouge (comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous).

Grâce à cet album, l'enfant découvrira une foule de choses sur le monde dans lequel il vit : les grandes villes, les monuments, les traditions culinaires, les animaux, les spécialités en fonction des régions du monde... etc
Le grand format permet d'avoir des illustrations qui fourmillent de détails. D'ailleurs, celles-ci sont très bien réalisées.

A la fin de l'album, il y a 4 pages consacrées aux drapeaux du monde, listés par ordre alphabétique.

C'est un ouvrage que je vous conseille fortement. C'est un livre à avoir à la maison, toujours sous la main !






Bébé Tchoupi : Mes livres animés

 Bébé Tchoupi : Mes livres animés
Au square / Bonne nuit
de Thierry Courtin
Editeur : Nathan
Livre animé : 12 pages
Prix unitaire : 8.90 € 

  • Mon avis :
Dans « Au square », le jeune lecteur accompagne Tchoupi et Doudou au parc de jeu. Ils vont jouer à cache-cache, faire des châteaux de sable, regarder les petites bêtes, jouer au ballon.

Dans « Bonne nuit », c'est bientôt l'heure d'aller au lit et on découvre Tchoupi qui s'amuse dans son bain. Il va ensuite mettre son pyjama, boire son dernier biberon, faire un câlin et se blottir sous les couvertures.

A chaque double-page, une petite question est posée à l'enfant, en lien direct avec la petite animation. Par exemple : Qui se cache derrière le buisson ? Et hop, en manipulant la page, l'enfant découvre Tchoupi et Doudou. Il faut bouger la page avec le doigt, manipuler un petite roue ou encore se servir d'une "tirette".
A la fin de chaque ouvrage une double-page est consacré à un petit jeu de "cherche et trouve" avec 3 objets à trouver.

Les illustrations sont simples, jolies, colorées et vont à l'essentiel. Ces livres animés permettent à l'enfant d'enrichir son vocabulaire dès le plus jeune âge (dès 18 mois). Une animation est présente à chaque double page (avec le doigt), pour le plus grand plaisir des tout-petits (dès 6/9 mois).
Le format cartonné et les bouts arrondis permettent une manipulation par les plus petits (sous surveillance bien sûr).



Bilan lecture du mois de Février 2017


  • Mes lectures :

Ce mois-ci j'ai lu 5 livres, soit un total de 1670 pages.  
C'est un tout petit bilan car ce mois-ci a été très riche personnellement. Mes enfants étaient en vacances 2 semaines et j'ai passé un maximum de temps avec eux :) J'ai également eu plusieurs rendez-vous médicaux pour ma future opération (je rentre à la clinique le 5 mars) ainsi qu'une tonne de choses à préparer fin février.
Du coup, c'était la misère niveau lectures !


Mes lectures préférées du mois : 

J'ai eu un gros coup de coeur pour « Les larmes de Cassidy » ainsi que pour « Monsters », la suite de Red Hill de Jamie McGuire.
J'ai également adoré le deuxième tome de la série « Les Dolce ».


Mes déceptions du mois :  


J'ai été déçue par « No love no fear », je ne lirai pas la suite.

 
Et du côté de la section enfant ? 

Concernant les lectures pour les enfants (premiers romans, albums, autocollants, livres sonores...etc) vous pouvez retrouver mes articles chaque mois en cliquant ici.



  • Mes lectures du mois en détail : 
  
Couverture Les larmes de Cassidy
Couverture No love no fear, tome 1 : Play with meCouverture Les filles au chocolat, tome 6.5 : Coeur piment

mardi 28 février 2017

No love no fear, tome 1 : Play with me

Couverture No love no fear, tome 1 : Play with me 
No love no fear, tome 1 : Play with me
d'Angel Arekin
Editeur : Hachette romance
Collection : Blackmoon romance

À l’adolescence, les liens parfois se renforcent… jusqu’à se briser. Depuis l’enfance Erine, Maël et Yano étaient amis. Quand Maël et Yano réalisent qu’ils sont en fait tous les deux amoureux d’Erine, ils font un pacte : ne jamais rien tenter avec elle. Mais ni l’un ni l’autre ne tiennent parole, et une tragédie se charge de mettre fin au triangle amoureux, en même temps qu’à l’amitié de l’inséparable trio...

  • Mon avis :
Rine, Mael et Yano sont amis depuis l'enfance. Leur amitié a volé en éclats quand Mael est décédé quatre ans plus tôt. Rine et Yano se sentent tous les deux coupables et responsables, chacun persuadé que tout est sa faute. Depuis, Yano fait volontairement souffrir Rine, et elle ne riposte pas. Au fil des ans les choses se sont tassées, mais l'affrontement repart de plus belle lorsque Rine intègre l'université où étudie Yano.

Yano et Rine ont une relation conflictuelle et passent leur temps à se faire du mal (surtout Yano). Au fil de l'histoire, leur relation prend une tournure assez "malsaine", trop sexuelle. Rine est un véritable objet, et je trouve ça dégoûtant. Au lieu de s'affronter, de parler, ils passent leur temps à baiser (je suis désolée, il n'y a pas d'autres mots) et ça devient lassant. Parfois, le sexe sublime un texte car il renforce la relation des personnages. Là, ce n'est pas le cas du tout.
C'est paradoxal, car d'un côté ils ont vraiment des réactions de gamins, mais niveau sexe on a le droit à la totale (je vous passe les détails). 

Yano est un personnage intéressant, même si je trouve que c'est un égoïste et un connard la plupart du temps. Son passé et sa cellule familiale lui donnent un côté vraiment attachant. Rien que pour ça, on a envie qu'il s'en sorte. Toutefois son attitude envers Rine m'a complètement dégoûtée du personnage, et c'était de pire en pire au fil des pages. J'ai rarement compris ses réactions, sa méchanceté, sa cruauté.
Quant à Rine, elle a le caractère d'une moule trop cuite. J'aurai aimé qu'elle crie, qu'elle se rebelle. Elle pardonne tout, trop vite, alors que Yano lui en a fait voir de toutes les couleurs. Rine m'a touchée par rapport à sa relation avec Mael, mais ça s'arrête là. Tout le reste de sa personnalité et de ses choix, ne m'ont pas plu.

J'ai souvent ressenti de la colère pendant ma lecture, et ce n'est pas ce que je recherche quand je lis une romance. Je me suis lassée des personnages principaux et de leurs jeux malsains. Ils se font volontairement du mal et s'humilient. Pour moi, en amour, c'est inconcevable. Ces deux personnages abîmés par la vie auraient pu nous offrir tellement plus qu'une relation charnelle. Ils auraient pu apprendre à se reconstruire ensemble, mais non. Pour moi, c'est terriblement décevant.

Pour conclure, je n'ai pas été convaincue par « No love, no fear, tome 1 : Play with me ». Le début m'a beaucoup plu, mais j'ai fini par me lasser des personnages et de leur histoire. Par conséquent, je ne lirai pas la suite. Dommage !